Aujourd’hui le tapis n’a pas pour unique fonction de protéger du froid en revêtant le sol, mais il est devenu de plus en plus un objet de décoration à part entière dont la vente contribue à l’aide de nombreuses familles pour constituer une source de revenus complémentaire.

Il existe deux familles de tapis, chacune a ses spécificités :

Tapis ruraux : appelés aussi tapis berbères. Ils sont généralement l’œuvre d’une activité familiale.

On distingue entre :

• Les tapis en laine du Moyen-Atlas qui sont très grands, très épais et affichent un fond de couleur rouge ou blanche avec des motifs sous forme de losanges, rectangles et chevrons.
• Les tapis du Maroc Oriental (de la région Taourirt et Oujda) sur lesquels sont superposés des dessins verts et bleus sur un fond tout rouge.
• Les tapis du Haut Atlas et de Ouarzazate, de forme plus petite et ayant un tissage plus fin, présentent des couleurs chaudes dont l’orange, le jaune ou rouge avec un fond souvent noir.

Tapis urbains : sont une création récente d’inspiration orientale. On les trouve généralement dans les régions de Rabat et de Mediouna.

Ils sont ornés de motifs en forme d’étoile et de dessins géométriques et floraux sur la base d’un fond unique.

Entièrement noué à la main, le tapis comporte les éléments suivants :

– La chaîne : Sert à porter les fils verticaux et parallèle qui sont généralement de coton.
– Le nœud : Est fixé à l’aide d’un brin de laine sur deux fils de chaîne. – La trame : Consiste en un ou plusieurs fils transversaux et sont placés entre chaque rangée de nœuds.
– Le velours : Constitue la surface du tapis.
– Les surjets ou lisières : Servent à renforcer le tapis. Ils sont placés tout au long des deux côtés du tapis.
– Le kilim : Constitue la partie qu’on tisse entre chaîne et trame au niveau des extrémités du tapis.
– Les franges : Constituent les extrémités visibles des fils disposés aux deux bouts du tapis.

Pour une belle décoration du sol de votre intérieur, Artisanat Design introduit pour vous un large choix de tapis marocains.