Les tapis Azilal ou les Azilals, comme leur nom l’indique, proviennent d’une région nommée Azilal qui est située dans les montagnes du Haut Atlas du Maroc.

Ces tapis étaient réservés exclusivement aux femmes de la région. Elles les tissaient à usage familial pour se protéger du froid du Haut Atlas. Témoignant d’une grande créativité en termes de dessins, aujourd’hui les tapis Azilal sont de plus en plus tissés dans un but commercial et lucratif. Contrairement aux tapis Boucharouette et Beni Ouarain, les Azilals possèdent une laine plus rase et plus brute.

C’est à travers ces beaux ouvrages que chaque femme rurale de la région essaye de raconter son histoire à travers l’usage des thèmes et couleurs de la vie rurale. Les tisseuses berbères essaient donc de s’approprier les signes tribaux de leurs antécédents afin d’exprimer leur vie quotidienne ainsi les plus beaux moments vécus comme le mariage et la grossesse.

Les motifs utilisés sont irréguliers et abstraits, ainsi les symboles et graphismes sont souvent à base de losanges.

Actuellement, en plus de leur usage en guise de tapis, les tapis Azilal sont largement employés comme supplément de décoration d’intérieur. Ils sont utilisés comme des éléments pour la décoration murale des salons marocains ou chambre à coucher.

Issus d’un grand savoir-faire de la noueuse, les Azilals sont comparables à des tableaux abstraits. Ces derniers ont pu se propager au niveau international, on trouve aujourd’hui de nombreuses galeries d’art qui exposent ces tapis comme étant des œuvres d’art sur Paris, en USA et Tokyo.

Excellents pour revêtir le sol des salons marocains, les tapis Azilal font toujours preuve de créativité et d’imagination des femmes berbères du Haut Atlas.